Facilitation de l’initiative privée et création d’emplois

secteur_prive

« L’emploi est un facteur déterminant du développement économique et social. Outre l’importance cruciale qu’il revêt pour le bien-être des personnes, il est essentiel à la réalisation de nombreux objectifs généraux concernant la société, tels que la réduction de la pauvreté, la croissance de la productivité à l’échelle de l’économie et la cohésion sociale » (Banque Mondiale - Rapport sur le Développement dans le Monde 2013 - «Jobs »).

Un constat  

L’emploi détermine ce que nous gagnons, ce que nous faisons et même ce que nous sommes. Le Rapport sur le Développement dans le Monde 2013 considère l’emploi en tant que moteur du développement – et non comme une résultante de la demande de travail- et examine donc toutes les catégories de travail, sans se limiter aux emplois salariés du secteur formel.  

Le secteur privé est le principal moteur de la création d’emplois et la source de 90 % de tous les emplois dans le monde en développement. C’est pourquoi l’intérêt porté aux TPE dans différents pays, quel que soit le niveau de leur développement, est de plus en plus manifeste et révèle les vertus confirmées de cette large et dominante population d’entreprises dans la stabilité sociale, la densification du tissu économique, la lutte contre les précarités.  

Promouvoir l’émergence d’emplois indépendants par la création d’auto emplois, TPE, ETI, PME c’est donc non seulement apporter une réponse aux défis du chômage mais c’est aussi reconnaitre qu’ils sont un levier de croissance économique, de lutte contre la pauvreté et d’inclusion sociale.  

Les savoir-faire de notre équipe

- se focalisent sur la création d’emplois indépendants «  Pour beaucoup, un « emploi » signifie un travail chez un employeur en contrepartie d’une paye régulière. Pourtant, dans les pays les plus pauvres de la planète, la majorité de la population active opère en dehors d’une relation employeur/employé. Le monde compte plus de 3 milliards d’actifs mais ceux-ci ont des emplois très divers. Quelques 1,65 milliards d’entre eux sont employés et reçoivent un traitement ou un salaire régulier mais 1,5 milliards d’autres personnes poursuivent des activités agricoles ou travaillent dans des petites entreprises familiales, ou bien ont une occupation à la journée, ponctuelle ou saisonnière. En parallèle, 200 millions de personnes, parmi lesquelles les jeunes sont surreprésentés, sont au chômage et cherchent activement du travail » (Rapport sur le Développement dans le Monde 2013)
- se concentrent sur les  secteurs porteurs d’opportunités économiques et de devenir humain via le diagnostic territorial : atouts, ressources et besoins du territoire, potentiels de création d’emplois (gisements d’activités et d’emplois) 
- se fondent sur des expériences pluridisciplinaires et éclairent les choix des responsables et de leurs partenaires à partir d’une démarche structurée et différenciée selon trois cibles :   

  • les entrepreneurs privés, existants et potentiels  
  • les inactifs à la recherche d’un revenu, parmi lesquels les jeunes (dont 10 millions arrivent chaque année sur le marché du travail en Afrique Subsaharienne…)  
  • la réinsertion professionnelle de salariés issus du secteur public

Nous proposons la mise en œuvre d’un dispositif innovant centré sur la création de milliers d’emplois indépendants, en particulier pour les jeunes 

L’ambition de ce dispositif inclusif  est la création locale et traçable d’emplois indépendants durables et l’auto suffisance de la structure d’animation

- Ce dispositif est inclusif et exhaustif  :

  • Cible le secteur informel aussi bien que formel 
  • S’applique aux jeunes en recherche d’emploi et aux jeunes entrepreneurs, qu’ils soient citadins  ou en zones rurales, hommes ou femmes 

- Ce dispositif créé des emplois traçables et mesurables en agissant sur trois catégories de bénéficiaires  : les entreprenants existants,  les entreprenants potentiels, les inactifs en recherche d’emploi

- Le parcours des bénéficiaires au sein du dispositif est de 24 mois. A chaque étape, le bénéficiaire bénéficie d’un accompagnement et  d’un soutien personnalisés à l’aide d’outils prouvés, de formations et d’actions de tutorat-coaching adaptés 

- Ce dispositif fonde une action de longue haleine, auto suffisante au bout de quatre ans  :  

  • Au bout de 4 ans, les structures et les acteurs sont tous locaux
  • Il existe d’importantes économies d’échelle liées à la massification des bénéficiaires
  • La constitution d’une population d’anciens bénéficiaires démultiplie l’efficacité des effets de réseau et de mutualisation de ressources et d’expérience.

- Ce dispositif est ambitieux : en année quatre il accueille près de 10  000 bénéficiaires par an

- Ce dispositif accompagne les personnes vers l’emploi en mettant en perspective deux approches qui partent de leurs  attentes et besoins  : 

L’approche type «information, documentation et orientation, accompagnement pré création» propose aux personnes en quête d’emploi salarié ou indépendant (les inactifs à la recherche d’un revenu), des services directs (écoute, orientation, apprentissage de techniques de recherche d’emploi, accès documentaire pour connaissance du tissu économique local ou équipements spécifiques, etc.). ( CARIP : Conseil et Appui à la Réinsertion et à l’Insertion Professionnelle). Il est remis à chacun une « feuille de route » qui leur permet d’établir des relations concrètes avec des acteurs du territoire prédéterminés avec le conseiller (entreprises, structures de formation, de microfinance, d’accompagnement social, etc.).  

L’approche type «accompagnement à la création ou post création d’entreprise» concerne quant à elle la mise en oeuvre de projets professionnels déjà définis ou esquissés (les entreprenants potentiels ou existants). Elle s’appuie sur des accompagnements individualisés : assistance technique métier ou managériale, formation, coaching, conseil, incubateurs, pépinière réseautage, etc. ( Programme d’appui à l’entreprise qui cible spécifiquement l’accompagnement post création)  Ces deux approches sont développées et mises en oeuvres (i) soit avec des structures locales lorsqu’elles existent et, en tant que de besoin, via un renforcement de leurs capacités ( Projet de soutien à l’EntrepriseAppui à la création de TPE et PME dans le secteur de l’économie créative, filière cinématographique et audiovisuelle), (ii) soit par la création et la mise en place de structures ou dispositifs ad’hoc ( Renforcement des capacités des PME et PMI du secteur des travaux publics, Maison de la Petite Entreprise, Centre d’Information Technique et Economique, (iii) soit avec des associations professionnelles sectorielles ou transversales, qui viennent ainsi en appui ou relais à leurs futurs membres ( Programme d’appui aux associations professionnelles).  

Les politiques de l’emploi et de la formation professionnelle doivent faciliter la création d’emplois pour les jeunes et les types d’emplois ayant le plus fort impact sur le développement doivent être identifiés, (Programme Emploi, Formation Professionnelle et Entreprises).